Nous avons choisi la Joie!

Bulletin du programme des enfants pauvres au Vietnam: Noël 2015.

Chers Amis et Parrains des Enfants pauvres du Vietnam,

Joyeux Noël et Bonne Année 2016 à vous, et meilleurs vœux aussi aux enfants qu’en parrainant vous incluez dans votre vie. Nous continuons à vous remercier de permettre à ces enfants d’aller à l’école. Cela leur permet de devenir de meilleures personnes dans leur société et dans le monde. Ces enfants vous seront toujours reconnaissants d’avoir soutenu leur scolarité. Le programme de parrainage fonctionne bien et même si certains de nos parrains vieillissent, nous souhaitons continuer à scolariser les enfants pauvres.

Pour l’instant nous avons 293 enfants parrainés, dont 79 sans parrain, soutenus directement par le programme. Et nous avons sans cesse de nouveaux enfants qui frappent à notre porte en demandant d’être aidés. Nous essayons au moins de continuer à scolariser ceux qui ont commencé à recevoir le soutien de notre programme.

Cette année ont eu lieu deux visites aux enfants : d’une part le P. Simon, et d’autres part le P. Quoc avec quelques-uns de nos étudiants vietnamiens. Comme à l’accoutumé, nous vous partageons ci-dessous le récit de leurs visites, ainsi qu’une sélection de lettre des enfants parrainés.

Pour conclure, nous avons la joie de vous annoncer que certains des enfants que nous avons parrainés pendant de nombreuses années ont terminé leurs études universitaires cette année. Ils se sont mis à la recherche d’un travail, et ont promis de parrainer des enfants comme eux-mêmes ont été parrainés. Nous espérons, grâce à eux et grâce à la publicité que vous nous faites, de trouver de nouveaux parrains, afin que nous puissions scolariser davantage d’enfants pauvres : pour l’instant ils doivent attendre.

Nous transférerons les parrainages fin Janvier, et donc nous vous demandons d’envoyer votre contribution de la manière habituelle, selon les indications de votre rapport financier.

Que Dieu vous bénisse ainsi que votre famille ; qu’Il bénisse les enfants et leurs familles ainsi que tous nos coordinateurs de groupes au Vietnam.

Fidèlement vôtre,

P. Isaac Donkor, responsable du programme

Rapport du P. Simon, 26 au 30 Mai 2015

Pendant que j’attendais de partir pour ma visite aux Enfants pauvres de notre programme de parrainage, j’ai contacté une nouvelle marraine vietnamienne: elle voulait venir avec moi à Hué pour la visite et pour essayer d’aider les enfants parrainés. Cette dame, Mme Phuc, est la mère de deux jeunes femmes de notre communauté chrétienne vietnamienne de la paroisse du Saint Esprit à Hsinchu, Taiwan.

Dans la matinée du 27 mai, Mme Lai et moi-même avons donc accueilli Mme Phuc à l’aéroport Phu Bai de Hué. Nous l’avons ensuite emmenée visiter les différents lieux où nous rassemblons les enfants dans le cadre du programme de parrainage. J’ai aussi invité Mme Nguyen Thi Phuc à venir rencontrer les dix enfants parrainés dans la paroisse rédemptoriste de Hué, ainsi que d’autres enfants. Elle était heureuse de revoir le P. Duc, rédemptoriste, qui était venu dans sa paroisse quelques années plus tôt. En notre présence, Mme Phuc a immédiatement fait un don de 10 millions de dongs pour aider ce groupe d’enfants.

Le même après-midi du 27 mai, Mme Phuc nous a accompagnés dans la visite des groupes des enfants de Phuoc Vinh, An Truyen, Tan My, tous suivis par Mme Lai.

Nous sommes allés à A-Luoi (à 70 km de Hué, dans la montagne), où nous parrainons des enfants, suivis par Sœur Anh, de la communauté des Sœurs de l’Immaculée Conception. Après avoir rencontré plus de 20 enfants des ethnies de la montagne et écouté les sœurs, Mme Phuc a projeté de demandé à ses amis d’offrir des vêtements et des uniformes d’école pour ces enfants pauvres. Quelques jours plus tard, Mme Phuc me contactait depuis Hai Phong où elle était repartie, pour me dire que ses amis avaient répondu à son appel. Dans le cours de ma visite je n’ai pas été en mesure de visiter tous nos coordinateurs à cause du manque de temps. J’ai donc demandé à Mme Lai de leur transmettre les cadeaux de remerciement qui leur étaient destinés. Le 29 Mai, nous avons visité 17 enfants de Ngo Ho et Huong Ho. En dehors de leur temps à l’école, certains de ces enfants de familles pauvres travaillent dans les champs avec leurs parents ; d’autres vont à la montagne pour piéger des oiseaux et les vendre. L’après-midi du 29, nous avons visité chez lui une élève appelé Tran Thi Ngoc. Son père n’était pas en bonne santé, les parents nous ont accueilli dans leur chaumière basse construite de morceaux de bois et de tuiles de ciment récupérées, où la famille habite depuis plus de 20 ans. Nous avons décidé de les aider à construire une petite maison, en cherchant des personnes disposées à soutenir ce projet.

Rapport de la visite à Hué, May-Juin 2015, P. Quoc, Spiritain

Depuis quelque temps, les confrères spiritains du Vietnam étaient désireux de visiter les pauvres enfants de Hué et de la province environnante. Avec la présence des étudiants spiritains qui étaient revenus de Manille à l’occasion de leurs vacances, nous avons décidé de les inclure dans la visite dans le cadre de leur formation pastorale. On m’a demandé d’accompagner un groupe de trois pour la visite à Hué. Début Mai, j’ai contacté le P. Cong, principal coordinateur du programme de parrainage pour l’informer de notre projet de visite du 18 au 22 mai. Du fait des examens que passent les élèves cette semaine-là, le P. Cong a suggéré de choisir une meilleur date qui permettrait de rencontrer les enfants parrainés et comprendre ce qu’ils font. Nous avons donc changé les dates pour les 25 au 30 mai. Le 25, Hoang et Sinh, deux étudiants, et moi nous avons voyagé vers Hué. En arrivant, nous nous sommes mis au travail avec Mme Lai le lundi matin pour établir le programme des visites. Nous voulions rencontrer les groupes chez Mme Lai, chez les Rédemptoristes, chez Sœur Thao, chez les Frères du Sacré Cœur, chez Mr Chinh, à A-Luoi, Thanh Hoang et Cam lo.

La première tâche consistait à rencontrer les élèves en personne, parler avec eux, et les encourager dans leurs études. En écoutant chaque élève, nous prenions connaissance de leur parcours ainsi que de la situation de leur famille. Il fallait aussi prendre une photo d’eux. La plupart des élèves faisaient de bons progrès dans leurs études. Nous étions heureux d’entendre leurs récits. Le second objectif était de rencontrer les coordinateurs de groupes. Grâce à Dieu nous avons pu rencontrer davantage de coordinateurs que lors de la visite de l’an dernier. Dans la Congrégation de la Visitation, Sœur Thao nous a remis la liste des élèves qui ont arrêté l’école. Chez le P. Cong, nous avons aussi deux élèves qui ont arrêté les études.

A A-Luoi, nous avons un groupe d’enfants d’ethnie montagnarde proches de la frontière entre le Vietnam et le Laos. Le groupe était jusqu’à présent suivi par le P. Chien. Au jour de notre visite, il nous a accueillis à sa table et nous a offert un lieu pour une sieste. Puis il nous a annoncé qu’il a transmis la liste des élèves parrainés à Sœur Tra Anh des Filles de l’Immaculée Conception pour qu’elle s’en occupe. Pour le groupe de Mr Trinh, les choses se passent bien. Il a cependant souligné qu’à cause de la baisse du taux de change entre l’Euro et le Dong Vietnamien, l’argent reçu ne permet plus de subvenir à tous les besoins. En plus de toutes les visites mentionnées jusqu’ici, nous voulions montrer à nos étudiants spiritains le genre de ministère que nous Spiritains faisons avec les familles pauvres pour aider à scolariser leurs enfants. C’est ainsi que Sinh, étudiant spiritain, était très heureux car c’était sa première visite à Hué. Pour Hoang il y avait moins de nouveauté, car il a déjà travaillé avec le groupe de Ca Mau (parrainages, dans le sud du delta du Mékong) : il connait la manière d’aider les enfants. Et il était déjà venu à Hué.

La visite à Hué valait la peine, depuis la préparation jusqu’à la fin du voyage. Nous sommes heureux d’avoir pu rencontrer les élèves et les coordinateurs de groupes. Nous avons travaillé ensemble à clarifier un certain nombre de choses, ce qui est plus facile que par e-mail. Nous avons bien coopéré avec les coordinateurs. Ils ont vraiment pris du temps pour nous permettre de rencontrer les élèves un par un. Les élèves étaient contents de pouvoir nous partager leur parcours. Forts de cette bonne expérience, nous ne pouvions qu’être heureux, remercier, et anticiper avec impatience la prochaine visite. 

Fr. Simon with the Visitation Sisters, at their Kindergarten